Prenez, s’il vous plaît, dans votre portefeuille, votre très chère carte 12-25. Vous ne l’avez plus ? Vous avez vingt-six ans ? Et oui, tout a une fin ! Mais quelle bonne surprise pour notre chère société ! Voilà enfin, une réelle épreuve, un cap épineux, un rite de passage pour notre cher pays à la croissance édulcorée et au chômage endémique. Vous tiquez lorsque vous voyez les prix s’afficher sur l’écran de votre ordinateur ? Vous vous y étiez prise pourtant avec plus d’un mois et demi d’avance ? Vous avez raison, cela devient sérieux. Fini les cinquante pour cent, plus de promotion. Il va falloir vous rabattre sur l’aléatoire, créé par nos soins, pour vos pouvoirs d’achats juvéniles et instables. Troquez mes jeunes amis ! Troquez vos billets de train !
Ah qu’il vous semble doux encore le temps où, dans votre carré de quatre, occupé par des vingt-six-soixante-quatre ans, vous brandissiez votre carte ostensiblement au contrôleur. Votre visage de jeune pré pubère sociétal jovial et insouciant porté par sa classe d’âge dorée inaccessible et volontaire, placé sous plastique estampillé SNCF. Vous la conservez maintenant jalousement dans votre tiroir, la ressortez pour l’admirer à l’occasion. Vous n’avez jamais vraiment collé votre photo pour pouvoir remplacer ce visage qui se transforme bien malgré vous. Vous auriez aimé pouvoir le faire jusqu’à soixante-sept ans. Mais l’immortalité se mérite, et en plus elle est rare. Dommage. Vous êtes en stage vous dites ? Mais vous faites bien ! C’est mieux que rien !
Ainsi va la France ! Vive la France !
Vous voulez partir à l’autre bout du pays ? C’est plus cher. Ah oui, effectivement, si toute votre famille y habite, vous n’allez pas vous priver de votre famille. Vous cherchez alors en vain, dans le menu défilant, les promotions au départ de Paris mais, malchance, les promotions partent en sens inverse. Toujours à contre-courant ? Vous n’avez qu’à ramer ! Ça vous fera les bras ! Il va falloir vous y faire.
Avez-vous votre carte SMILE ? Quoi, vous ne souriez plus ? Et non, elle s’est périmée avec l’autre carte, c’est comme ça, cela marche par paire. Et puis, comme on dit, un je retiens, vaut mieux que deux tu l’auras pas ! Vous ne pouvez plus rien convertir. Adieu bonus, miles, sourires et promotion !
Vive le troc et la débrouille ! Vous aimeriez avoir un travail qui corresponde à votre classe d’âge. On vous demande de payer plus. Mais vous, on ne vous paie pas. Vous ne partirez pas ! Vous vous sentiez plus libre avant vos vingt-six ans. Pourtant on vous avait promis une vie d’adulte épanouissante, indépendante et libre. Vous vous dites que vous l’êtes moins. On vous a conseillé la carte enfant plus. Comment, vous n’avez pas d’enfants ? Ah voilà bien les jeunes de notre temps ! Vous vous en posez bien des questions ! Avec cette carte-là, pourtant vous auriez vos cinquante pour cent. Faites des enfants ! Ce sera plus rentable. Mais vous ne voulez pas d’enfant. Car l’enfant, en fait, c’est encore vous. Vous vous demandez également comment récupérer des miles ? Mais maintenant pour être gagnant il vous faudra faire un Paris-Biarritz en deux jours ! Vous vous attablez pour calculer votre avenir. Si mettons, vous décidez de ne descendre dans le sud que deux fois par an, vous paierez plein pot. Resteront les billets dégriffés, les billets prems et les idtgv, qui ont beau être une grande idée mais tellement limitée. Non, vous, vous souhaitez partir quand vous voulez. Vous avez des idées plein la tête, qui circulent à grande vitesse et de la suite dans les idées.
Il vous reste une seule alternative. Prendre la carte escapade. ESCAPE, s’échapper car vous sentez que maintenant partir, c’est fuir. Vous êtes passé sans transition de demi-tarif à tarif complet. La société vous reconnaît, c’est elle qui vous a faite, et quelle fête ! Il vous faudra désormais plus de quatre aller retour pour amortir la carte. Vous n’aviez pas prévu si loin. Vous aimiez bien être dans l’instant. Vous ne convertissez plus, désormais vous calculez. Temps, kilomètres, destination, prix, rapport qualité prix. Mais il faut aller vite car vous êtes nombreux à vouloir la même chose. Vous réalisez alors que vous êtes passé, en une fois, d’une classe d’âge à un âge classé.

© Tous droits réservés